[Habitation] Multirisque habitation : ne laissez pas dormir vos contrats

Chapô

Vos contrats d’assurance peuvent avec le temps ne plus être adaptés à vos besoins. Il est donc nécessaire de contrôler régulièrement votre multirisque habitation. Lui donner un « coup de jeune » peut s’avérer nécessaire.

Image
une homme, une femme et un enfant assis dans une pièce

Multirisque habitation : payer le juste prix

Votre indemnisation en cas de sinistre dépend du capital garanti par votre contrat. Son montant correspond à la valeur des biens que vous avez déclarée. Le prix de votre multirisque habitation, parmi d’autres critères (localisation du bien, montant de la franchise), en dépend. Plus précisément, il est établi en fonction des spécificités de votre logement : le nombre de pièces principales, les dépendances, la surface totale du bien. La valeur des aménagements (carrelage, boiserie, placards…) et de tout le mobilier et objets du logement comptent également.

Multirisque habitation : les risques d’une mauvaise évaluation

Il est important de bien évaluer votre bien pour que le capital garanti soit réaliste. Inutile de surévaluer. Vous paierez une prime trop élevée pour rien. Votre assureur ne vous remboursera pas au-delà du montant du dommage. Une sous-évaluation est tout aussi problématique. En cas de sinistre, votre indemnisation sera réduite.

Exemple

Vous assurez les biens de votre logement pour 30 000 €. Après un incendie, l’expert estime votre perte à 50 000 €. Pour autant, vous ne recevrez pas plus de 30 000 € d’indemnisation.

La valeur de votre logement évolue au fil du temps

Vous payez, sans plus y penser, votre prime annuelle d’assurance multirisque habitation. Or, au fil du temps la valeur de votre logement et de ce qui se trouve dedans évolue.

Avez-vous pensé à déclarer à votre assureur l’aménagement des combles, la construction d’une véranda, la transformation d’une dépendance en pièce habitables ? Ces modifications ont un impact sur le montant de votre assurance et donc sur celui de l’indemnisation en cas de sinistre.

Pour vos meubles et objets, le capital garanti est réévalué automatiquement par le biais d’une indexation. Cette progression peut suffire si vous n’avez pas acheté ou reçu de biens de grande valeur. Toutefois, il peut être insuffisant si vous avez renouvelé de nombreux équipements (électroménager, bureautique…), hérité de meubles et bijoux de valeur…

A l’inverse, il peut être trop important et vous faire payer une prime trop élevée si votre mobilier est ordinaire et vos équipements anciens.

Une vérification tous les 3 ans

L’habitation constitue pour beaucoup la part la plus importante du patrimoine. Il est donc important de contrôler, au moins tous les 3 ans, son contrat. Reportez-vous aux conditions particulières de votre contrat et vérifiez si le capital garanti correspond toujours à la valeur de vos biens. Autre raison d’actualiser votre contrat : l’évolution des offres des assureurs. Elles peuvent comportées de nouveaux services, de nouvelles garanties.

Comparez votre assurance habitation

Image
Article

[Habitation] Penser à assurer sa location saisonnière

Chapô

L’assurance d’un meublé de tourisme destiné à la location saisonnière n’est obligatoire ni pour le locataire ni pour le propriétaire. En pratique, le propriétaire peut prendre l’assurance en charge, ou imposer que le locataire soit assuré. Ces précisions seront inscrites dans le contrat de location.

Lire la suite