Voyage en Europe : avez-vous pensé à votre couverture santé ?

Vous partez bientôt dans un pays de l’Union européenne, mais avez-vous pensé à vous munir de la carte européenne d’assurance maladie ? Elle est indispensable pour bénéficier d’une prise en charge de vos soins médicaux sur place.
Chapô

Et vous êtes-vous procuré une ordonnance en dénomination commune internationale, compréhensible partout dans le monde ? Voici toutes les démarches santé à entreprendre avant de boucler votre valise.

Image
illustration d'article

Saviez-vous que lorsque vous partez dans un Etat européen, en cas de maladie, vous pouvez être pris en charge par l’organisme de sécurité sociale local et bénéficier des mêmes droits que les assurés du pays concerné ? Pour profiter de ce dispositif, une seule condition : détenir la carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Ce document permet d’attester de vos droits à l’assurance maladie française et de pouvoir être couvert médicalement selon la loi en vigueur sur place. La CEAM est également utilisable en Suisse, au Liechtenstein, en Islande et en Norvège, même si ces pays ne font pas partie de l’Union européenne (UE).


Anticiper la demande de carte européenne d’assurance maladie
L’obtention de la CEAM se fait auprès de votre caisse primaire d’assurance maladie au moins quinze jours avant le départ, même s’il est préférable d’anticiper au maximum cette demande pour qu’elle puisse être traitée dans les temps. Il est toutefois possible de bénéficier d’un certificat provisoire en remplacement de la carte européenne d’assurance maladie si vous n’avez pas pu effectuer les démarches avant les deux semaines précédant votre séjour. Dernier cas de figure, vous n’avez pas eu le temps d’obtenir la carte ni le certificat provisoire : vous devrez avancer les frais médicaux sur place et demander un remboursement une fois rentré en France. Pensez donc à conserver l’ensemble des justificatifs et des factures.


Check-list avant le départ : carnet de santé, carte vitale, mise à jour des vaccins…
Renseignez-vous avant le départ sur les modalités de la couverture santé du pays dans lequel vous vous rendez, car les frais médicaux peuvent parfois être importants et les remboursements moins élevés qu’en France. En fonction, il peut être conseillé d’adhérer à un contrat d’assurance (pour une meilleure indemnisation) ou d’assistance (pour une aide, un service : rapatriement, prise en charge des frais de transport…) afin de limiter les coûts. N’oubliez pas également de prendre avec vous votre carnet de santé et votre carte vitale et de vérifier que vous êtes à jour des vaccins obligatoires (diphtérie, poliomyélite, tétanos) et des vaccins recommandés (coqueluche, hépatite B, oreillons, rougeole, rubéole…).


L’ordonnance en dénomination commune internationale
Si vous prenez un traitement médical au moment de votre départ, il est plus prudent de se procurer une ordonnance en dénomination commune internationale (DCI). Sur ce document figure le nom de la substance active de votre médicament, inscrit de manière à être prononçable et déchiffrable dans toutes les langues. Les professionnels de santé du monde entier pourront ainsi la lire et vous délivrer le bon remède en cas de besoin.

 

Comparez votre assurance santé !