Comment les assureurs vie peuvent-ils protéger les épargnants dans un environnement incertain ?

Entretien avec Dominique Trébuchet

Dominique Trébuchet, directeur général LA France Mutualiste

 

À l'amorce de ce 4ème trimestre, où en est le marché de l'assurance ?

DT : L’assurance vie est confrontée à un contexte qui, à maints égards, constitue un défi. Du côté des assureurs, le niveau durablement faible des taux d’intérêt, conjugué aux exigences réglementaires de fonds propres, amènent beaucoup d’institutions à freiner l’accès à leur fonds euros et à imposer des seuils minimums d’unités de compte aux investissements.

Du côté des épargnants, l’incertitude entourant l’impact de la crise sanitaire sur l’économie et ses conséquences sur la volatilité des marchés financiers, ne favorisent pas l’investissement en actifs risqués. N’y a-t-il de solution à cette équation que la sécurisation de l’épargne sur les supports réglementés ou les comptes courants ? C’est à cette question que les assureurs vie doivent répondre aujourd’hui.

 

Que peut faire un assureur comme La France Mutualiste dans ce contexte ?

DT : Plus que jamais, nous devons assurer notre responsabilité d’assureur mutualiste. Dans le contexte si particulier qui est le nôtre, nous pouvons continuer à protéger l’épargne de nos adhérents, en limitant les risques qu’ils assument, sans annuler la performance de leurs investissements. La diversification des actifs et le lissage de la performance dans le temps sont nos outils pour cela.

 

Concrètement, comment cela se traduit-il pour l’adhérent ?

DT : Nous avons de nombreuses idées !

  • développer des Unités de Compte* qui vont apporter du dynamisme à l’épargne, mais dont le risque sera maîtrisé : des UC* au risque contrôlé, à faible volatilité, ou décorrélées des marchés actions…
  • proposer des profils de gestion ou des combinaisons en fonction de l’horizon de placement et de l’appétence au risque de l’adhérent ;
  • apporter des garanties complémentaires telles que des garanties en capital partielles, ou des garanties en capital à une échéance donnée.

*Unités de compte (UC) : placement diversifié plus volatil, risque de perte en capital porté par l’assuré