[Conseil d’expert] « Comment préparer dès maintenant ma déduction fiscale de fin d’année ? »

Par David Lombard, responsable ingénierie patrimoniale à La France Mutualiste

Ma déclaration sert de base pour calculer l’impôt que je vais payer sur mes revenus de l’année précédente.

David Lombard, Responsable ingénierie patrimoniale à La France Mutualiste

Avec le prélèvement à la source, l’administration fiscale déduit l'impôt avant versement du revenu : chaque mois, le montant de l’impôt est prélevé sur le bulletin de paie. Le paiement est donc étalé sur douze mois et le décalage d’un an supprimé.

A noter aussi que l'impôt s'adapte automatiquement au montant des revenus perçus.

Donc si vous indiquez une augmentation ou une baisse de rémunération en cours d’année, vos prélèvements s’ajusteront.Lorsque vous déclarez vos revenus, c’est aussi le moment de faire le point sur vos actions en matière de défiscalisation : ce qui a déjà été fait, ce que vous pourriez prévoir d’ici décembre.

Les conseillers de La France Mutualiste peuvent vous aider à faire des choix grâce à leur outil de simulation en ligne.

Le don à une association :

Les dons au profit des associations ouvrent droit à une réduction d'impôt sur le revenu de 66 % à 75 % du montant versé, selon l’association choisie, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Vous pouvez établir plusieurs scénarios de défiscalisation sur le site service-public.fr en fonction :

  • De la nature de l’organisme bénéficiaire (d’intérêt général ou reconnu d’utilité publique, d'aide aux personnes en difficulté ou encore d'aide aux victimes de violence domestique)
  • Du montant versé (plus ou moins 1000 euros)

Par exemple, si vous avez versé en 2021 jusqu’à 1000 euros à un organisme d'aide aux victimes de violence domestique, votre réduction d'impôt sera de 75 % du montant donné.

Les versements sur un plan d’épargne retraite (PER) ou le contrat retraite mutualiste du combattant (RMC) :

PER : Dès l’ouverture de votre PER, vous pouvez déduire vos versements volontaires de vos revenus imposables : ils sont en effet déductibles dans la limite de 10% du plafond annuel de la sécurité sociale (PASS) de l’année précédente (qui s’élève à 41 136 euros) ou, si la formule est plus avantageuse, pour un salarié jusqu’à 10 % des revenus d’activité professionnelle de l’année précédente plafonnés à 8 PASS (= 10 % de 8x 41 136 euros = 32 908 euros).

« Avec le PER, le solde non utilisé de votre plafond de déduction peut être reporté sur les 3 années suivantes si vous êtes salarié. »

Les versements volontaires (à opposer aux fonds transférés depuis d’autres contrats) effectués en 2021 pourront ainsi être déduits à hauteur de 4 114 euros au minimum ou de 32 908 euros au maximum des revenus perçus en 2021 à déclarer en 2022.

Par ailleurs, le solde non utilisé de votre plafond de déduction peut être reporté sur les 3 années suivantes si vous êtes salarié. Vous pouvez lui additionner le plafond de votre conjoint(e) pour augmenter les sommes déductibles du foyer.

Pour en savoir plus, se reporter à la brochure comparative entre le PER et l’Assurance vie de La France Mutualiste ci-dessous.

RMC : si vous répondez aux critères d’accession à la Retraite Mutualiste du Combattant (être titulaire de la carte du combattant ou du Titre de Reconnaissance de la Nation), vos versements sont déductibles de votre revenu imposable dans la mesure où ces versements permettent l’acquisition d’une part de rente majorée, dans la limite d’un plafond fixé chaque année par l’État. En outre, l’année où vous désirez obtenir une importante déduction fiscale, vous pouvez augmenter vos versements, quitte à les réduire au minimum les années suivantes. Les frais sur versements sont limités et dégressifs.

Là aussi, n’hésitez pas à vous reporter à notre brochure sur la retraite mutualiste du combattant.

« Avec la RMC, vos versements sont déductibles de votre revenu imposable pour l’acquisition d’une part de rente majorée, dans la limite d’un plafond fixé chaque année par l’État. »

Les dispositifs d’investissement :

les marchés financiers sont très créatifs et les dispositifs pour inciter les particuliers à financer les entreprises, nombreux. Mais pas sans risque. Vous pourrez trouver sur le site de l’autorité des marchés financiers (AMF) de nombreuses informations sur les fonds communs de placement à risque (FCPR), les fonds communs de placements dans l’innovation (FCPI) ou encore les Fonds d’investissement de proximité (FIP).

Par exemple, un placement dans un FCPI ou un FIP vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 25 % de vos versements. Mais encore une fois, le risque de perte de capital est important, et une durée de détention est de plus exigée pour bénéficier de la réduction d’impôt.

Voir l’article de La Finance pour tous à ce sujet.