Entreprise ou particulier, devenez acteur d'inclusion digitale !

Les deux confinements ont encore accéléré la digitalisation de notre société. Alors que 13 millions de Français se sentent démunis face au numérique et que 6 millions de personnes ne sont pas connectées en France*, les initiatives fleurissent pour leur venir en aide.

visuel_assurance_santé

Lorsque l’on parle d’illectronisme, c'est à dire d'inhabileté numérique, on pense aux plus âgés en premier lieu. Mais si plus d’un quart des personnes de 60 ans et plus est en situation d’exclusion numérique*, ce phénomène touche aussi les plus jeunes avec près de 74 % de moins de 25 ans qui s’estiment fragiles numériquement. Et même dans les populations actives, 8 % considèrent leurs compétences numériques très limitées.

Chez Emmaüs Connect, qui équipe et accompagne les personnes en situation de précarité et d’exclusion numérique, ce sont principalement des personnes entre 31 et 54 ans qui ont besoin, en priorité, d’une formation aux outils numériques.

 

 

" 2/3 des internautes de 60 ans et plus jugent que le numérique est vecteur de lien social " 

selon l’étude CSA pour les Petits Frères des Pauvres.

Un besoin urgent de bénévoles

Entreprises et particuliers peuvent maintenant s’investir. L’association Emmaüs Connect a ouvert 13 points d’accueil en France métropolitaine. Grâce aux dons des entreprises et des collectivités, elle met à disposition de l’équipement (ordinateurs, tablettes, smartphones et recharges mobiles) et s’appuie sur du bénévolat pour former aux rudiments de navigation sur la
toile mais aussi sensibiliser à l’intérêt des nouvelles technologies. Avec la crise sanitaire, le nombre de bénévoles a fortement diminué. Et vous, seriez-vous prêts à faire profiter les autres de votre connaissance des outils numériques ? Si oui, vous pouvez vous rapprocher d’Emmaüs Connect.

Certains acteurs du champs éducatif aussi se mobilisent avec par exemple l’Ecole Simplon qui propose des formations gratuites aux métiers techniques du numérique.
Ce réseau se distingue par une intention très forte à l’inclusion du public éloigné comme les femmes ou les réfugiés.

 

Et il y a urgence !

Pour être embauché, la capacité à utiliser les outils du numérique est devenu difficilement contournable : plus de 190 000 emplois dans le numérique seront à pourvoir en 2022, et 58 % des missions nécessiteront de plus grandes compétences numériques qu’aujourd’hui.

D’autres structures solidaires et sociales, à l’image d’Access Inclusive Tech, offrent également des formations qualifiées d’apprentissage et d’accès à l’emploi.

Véritables tremplin vers l’emploi, elles sont une fenêtre ouverte sur des perspectives efficaces d’insertion professionnelle.

Une fracture numérique à deux niveaux

L’exclusion numérique se vit à deux échelles.

D’un côté une exclusion technique avec la non accessibilité aux équipements ou plus directement au réseau (500 000 personnes sont toujours en zone blanche, sans connexion internet).

De l’autre, une exclusion liée aux compétences. En effet, le besoin de se former est impératif pour trouver un emploi, dénicher un logement, payer ses impôts, toucher ses allocations (le gouvernement vise la dématérialisation à 100 % des démarches administratives d’ici 2022), réserver un billet de train ou tout simplement garder contact avec ses proches.

 

*étude CSA/Petits Frères des Pauvres