Quelle est la différence entre une assurance vie et une assurance décès ?

assurance vie ou assurance décès

Vous vous demandez comment mettre vos proches à l’abri en cas de décès ? Vous aimeriez transmettre un capital à ceux qui comptent pour vous ? Découvrez quel contrat, de l’assurance vie ou de l’assurance décès, est le mieux adapté à vos besoins.

L’assurance vie et l’assurance décès sont deux produits complémentaires qui vous permettent d’anticiper cette étape de transmission. Ils ne doivent pas être confondus avec l’assurance obsèques, qui peut prendre en charge, selon les contrats, la partie financière des funérailles mais aussi une partie des prestations qui sont liées (choix des cercueils, rites religieux, chants…).

En quoi ces deux types de contrats se complètent-ils ? Quels sont leurs objectifs respectifs et que faut-il savoir avant de les souscrire ?

Une nature et des objectifs différents

L’assurance vie, d’une part, est un produit d’épargne permettant au souscripteur de constituer et de valoriser un capital ainsi que de transmettre directement à des proches identifiés cette épargne en cas de décès. Pour alimenter votre contrat, vous effectuez des versements libres ou programmés. Ces versements sont investis sur des supports financiers tels que le fonds en euros ou des unités de compte (fonds actions, fonds obligations, supports immobiliers…). Pour récupérer les sommes investies, vous avez la possibilité d’effectuer des retraits (ou rachats). Vous pouvez également, sous conditions, solliciter des avances de votre vivant en fonction de vos avoirs sur votre contrat.

L’assurance décès, d’autre part, est ce qu’on appelle une assurance prévoyance individuelle et personnalisable. A l’ouverture de votre contrat, vous choisissez le montant du capital décès que vous souhaitez laisser à votre famille selon plusieurs options. Parmi les différentes options possibles (variables selon les contrats), on peut citer le doublement du capital en cas de décès accidentel, le versement d'une rente supplémentaire destinée à financer les études des enfants, le déblocage du capital en cas d'invalidité permanente, l’indemnisation pour incapacité temporaire ou encore l’assistance funéraire complète pour accompagner les proches. Pendant toute la durée du contrat, vous versez des cotisations. Ces cotisations sont calculées en fonction du montant de ce capital décès. Le montant du capital est réduit si vous arrêtez de payer les cotisations.

Toujours concernant l’assurance décès, vous ne pouvez pas bénéficier du capital garanti de votre vivant. Cette assurance se destine à « compenser » les conséquences financières de votre décès, à travers le versement d’un capital (ou d’une rente) à vos bénéficiaires. Cette garantie vise donc à assurer généralement le maintien du niveau de vie de votre conjoint survivant ou de votre famille.

L’assurance décès peut prendre différentes formes :  

1- L’assurance temporaire décès. L’assurance temporaire décès est toujours souscrite pour une durée limitée. Cette durée est, le plus souvent, fixée pour un an reconductible. Cette assurance n’est jamais rachetable. En effet, les cotisations financent entièrement la couverture du risque pris par l’assureur. C'est ce qu'on qualifie de contrat à fonds perdus, même si l’assuré le résilie avant son terme.

2- L’assurance décès vie entière. L’assurance décès vie entière assure au bénéficiaire du contrat le versement d’un capital ou d’une rente, quelle que soit la date à laquelle meurt l’assuré, dans la limite d'un âge maximum (75 ans, par exemple). C’est ce qu’on appelle aussi une « garantie viagère ». Lassureur est ici tenu de verser l’épargne accumulée – ainsi que les intérêts générés – même si l’assuré décide de stopper le règlement de ses cotisations. Dans cette hypothèse, le capital ou la rente seront simplement proportionnels aux versements effectués.

Contrairement aux contrats d’assurance décès temporaires, les contrats vie entière sont rachetables. Il faut, pour que la garantie s’active, que le décès survienne soit avant le terme du contrat (dans le cadre de l’assurance temporaire décès), soit avant l’âge limite de couverture (dans le cadre du contrat d’assurance décès vie entière). 

En synthèse, il est très important de bien faire la différence entre une assurance décès et une assurance vie :

  • L’assurance vie est une enveloppe d’épargne. Il s’agit donc d’un placement financier qui est à la fois disponible et rachetable.

  • L’assurance décès est un instrument de prévoyance permettant au souscripteur de protéger sa famille contre les conséquences financières liées à son décès. 

Un point commun : une transmission facilitée

Dans le cadre de l’assurance vie comme de l’assurance décès, vous désignez des bénéficiaires. Il peut s’agir du conjoint, des enfants, des petits-enfants ou bien encore d’autres personnes sans lien de parenté. Les bénéficiaires sont désignés par le biais d’une clause dans votre contrat.

Outre la désignation des bénéficiaires du capital (ou de la rente), ces produits possèdent des avantages fiscaux qui facilitent la transmission.

Dans le cas de l’assurance vie, un abattement de 152 500 € par bénéficiaire s’applique ainsi. Le taux de prélèvement est de 20 % sur la fraction de part taxable de chaque bénéficiaire ne dépassant pas 700 000 € et de 31,25 % au-delà. Il est donc possible de transmettre à ses proches une somme substantielle en franchise de droits de succession.

En ce qui concerne l’assurance décès, le capital décès ou la rente versés dans le cadre de l’assurance décès sont soumis au même régime en matière de droits de succession, étant considérés comme des prestations de l’assureur. Là encore, il est donc possible de réduire la fiscalité sur la transmission tout en mettant ses proches à l’abri.

Média
Image
transmission facilitée

A noter : une fiscalité spécifique s’applique pour les primes versées après 70 ans par le souscripteur et pour les contrats souscrits après le 20 novembre 1991. Afin de limiter les tentatives d’optimisation fiscale, les textes prévoient l’application de droits de succession pour la fraction excédant 30 500 € après 70 ans.

Assurance vie et assurance décès : deux produits complémentaires

Alors, faut-il à la fois souscrire une assurance vie et une assurance décès ? La combinaison de ces deux enveloppes a du sens, car elles ne visent pas tout à fait les mêmes objectifs. En souscrivant les deux, vous couvrez différents objectifs patrimoniaux et en matière de transmission.

D’un côté, l’assurance vie est un produit d’épargne très complet. La transmission ne constitue pas son seul et unique objectif. L’assurance vie peut aussi être utilisée tout au long de la vie pour préparer différents projets (acquisition de la résidence principale, préparation de la retraite…). La fiscalité avantageuse sur les rachats effectués sur les contrats de plus de 8 ans invite à se servir de cette enveloppe très régulièrement… tout en anticipant la succession.

De l’autre côté, l’assurance décès assure une certaine sécurité matérielle aux proches en cas de décès, en permettant le versement d’un capital ou d’une rente qui viennent s’ajouter aux éventuels capitaux de l’assurance vie. Ainsi, ces deux produits sont « cumulables » et complémentaires.

Média
Image
assurance vie et décès : deux produits complémentaires

Comment et où souscrire ces contrats ?

Le processus de souscription diffère entre assurance vie et assurance décès. Par exemple, la souscription se fait sans questionnaire médical pour l’assurance vie. Elle peut se faire avec ou sans questionnaire médical selon les contrats d’assurance décès.

Le type de contrat que l’on souscrit peut également être différent. L’assurance vie est un contrat indépendant qui peut être souscrit à titre individuel ou avec son conjoint. De son côté, la garantie décès peut faire l’objet d’un contrat individuel et indépendant (l’assurance emprunteur d’un crédit par exemple) ou être incluse dans une prévoyance plus complète (une garantie Accidents de la vie). 

De nombreux acteurs sont présents sur le marché. C’est pourquoi, il est important de solliciter et comparer un maximum de devis.

L’assurance vie et l’assurance décès sont deux produits qui vous accompagnent tout au long de votre vie et vous permettent d’anticiper votre propre succession. Il existe également d’autres moyens de préparer cette étape, comme la donation.

À La France Mutualiste, nous avons conçu une gamme de contrats d’assurance vie adaptés à tous les profils. Et avec notre filiale Média Courtage, nous sélectionnons l’offre de prévoyance adaptée à vos besoins.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter.

Article

Comment fonctionne un contrat d'assurance vie ?

L’assurance vie est un des piliers de votre épargne.
Ce placement de long terme, très flexible, permet de répondre à de nombreux objectifs : financement d’un projet, valorisation d’un capital, préparation de la retraite, transmission d’un patrimoine…

Retrouvez les 7 étapes clés pour souscrire un contrat d’assurance vie et le suivre sur la durée.

Lire la suite